dimanche 15 janvier 2017

Des petite listes et des petits secrets [+CONCOURS]

Je fais des listes. Je fais des listes, et des listes, et des listes, et des listes. Je fais des listes que j'oublie, que je pose, que j'enfourne dans mon sac, dans mon agenda, je fais des listes qui s'envolent, qui ne finissent pas de ne pas être rayées, barrées, terminées, envoyées promener. Je fais des listes de trucs à
faire avec des trucs que finalement je ne fais pas. Enfin pas en entier. Les listes déchargent mon esprit, mon esprit va se promener ailleurs - il écrit des histoires par exemple - et ci-gît la liste. Parce que je ne la respecte que très peu. Qu'elle soit seule ou plusieurs. Ils font des listes, Les Liszt. ça tombe bien ils en portent presque le nom, dans cet album envoûtant de Kyo Maclear et Jùlia Sardà. Et que je te grifgrif et grafgraf, des plus grands aux plus petits, des enfants aux très vieux, ils listent, les Liszt. Des choses à faire, des maladies épouvantables, des petits insectes, des listes parfaitement ordinaires, des corvées, des palmarès, des personnes célèbres, du sol au plafond, du plafond au parquet, de haut en bas, de bas en haut, de gauche à droite, de droite à gauche, il n'y a que des listes. Et peu de place pour autre chose. Alors quand un inconnu débarque dans cette drôle de maison, trouvera-t-il une toute petite place pour apporter de l'imprévu, de la fantaisie, de l'air, du désordre, rien de bien établi ? Peut-être. Dans cet album aux illustrations dingues, qui s'inscrivent entre Klimt et LesTriplettes de Belleville, on aime faire des listes et laisser finalement de la place à ce qui n'était pas écrit et puis on admire, une illustratrice que je découvre avec lui. Chapeau !
Ils reviennent Les Petits secrets de Nathalie Tual et Gilles Belouin absolument foutraquement et papier découpément illustrés par Thanh Portal. Avec une nouvelle couverture, pour fêter orange et chaleureux la nouvelle année. On se glaglagla dans l'igloo, on se jonquille, tulipe, quand le printemps revient, on se dit des petits secrets dans l'oreille, des mots doux, on fredonne, on chante. On se regarde dans le miroir, on regarde dans ses pensées, dans son petit coeur, on lit, on plante, on se mouille, on embrasse les petits loups gris et puis pipi, les dents, au lit. C'était déjà un gros coup de cœur Baobab à sa sortie (voir ici), le plaisir de l'écoute est toujours aussi vif et joyeux ! Et c'est même contagieux ! Pour preuve... **conCOuRs*** Dites-moi secrètement ce que vous aimez propager en laissant un message ici pour tenter de gagner votre exemplaire
Vous avez jusqu'au 30 janvier pour participer - gagnant désigné par tirage au sort. 
**Bonne chance**

*** Les références ***
Les Liszt de Kyo Maclear et Jùlia Sardà - Editions La Pastèque - 2017- 21,95 $ € - à partir de 6 ans
 Les petits secrets de Natalie Tual, illustré par Thanh Portal, arrangé par Gilles Belouin - Editions Didier Jeunesse -  2e édition janvier 2017 - 14,90 € - dès tout-petit et familial

jeudi 5 janvier 2017

De la nouvelle année

Je ne sais jamais bien quoi faire de la nouvelle année, et pour être honnête, même pas la fêter. S'il faut des occasions pour trinquer, se regarder, s'aimer, manger doux et sucré, se pailleter, projeter, être ensemble, s'enlacer, s'embrasser, se dire des mots doux, regarder un dessin animé en pyjama et souffler le bon temps, je préférerais qu'elles ne soient pas que d'une soirée imposée par an qui fait parfois figure de patate chaude. Et ces souhaits, tout un tas de bonnes pensées qui s'empilent et se cascadent comme une bonne fois pour toutes alors qu'on croquerait bien toutes ces petites fois pour bonnes toute l'année. Et en même temps, reconnaissons qu'outre la figure imposée, c'est aussi un bon moment, pour dire d'une façon ou d'une autre, qu'on s'aime, qu'on tient les uns aux autres, et peu importe par quels mots cela passe. Alors qu'elle soit bonne, bonne de bonté, bonne de solidarité, bonne comme une terre d'accueil, bonne comme tout ce qui peut faire du bien, une écharpe, un café, un sourire. Et puis consciente. Que cette année soit consciente car elle sera politique. Et puis qu'elle soit égalitaire, fraternelle, juste. Et aussi colorée, pétillante, drôle, amicale, amoureuse, riche. Et puis qu'elle soit créative, récréative, et que nos petites pousses poussent bien, celles qu'on aime de tout ce que l'on est, celles qui grandissent à côté de nos premiers cercles et qui feront avec nos enfants, la société de demain. Ce qui est chouette, c'est que c'est pas un truc de minuit, que ça se fait tous les jours, par petites gouttes et que si un jour il y a la goutte qui fait déborder le vase - fréquente la goutte en monoparentalité-chpeux-pas-passer-mon-tour - et bien on s'y recolle le lendemain ou un peu plus tard. On se remet vite en selle quand on forge le socle. Bonne année, mais pas que celle d'une phrase ou d'un instantané, bonne année, au long cours.

Remise à zéro du calendrier, quitte à le faire autant le faire bien avec...
Une année dans le Château des Etoiles. Pour nous faire patienter avant la sortie du troisième tome de cette fabuleuse série qui revisite la Conquête de l'espace, ce coffret propose de passer une année d'exception dans l'univers créé par Alex Alice. Un almanach propose douze illustrations détachables de la série, en vis-à-vis, douze strips inédits signés par douze illustrateurs différents : Denis Bajram, Nicolas Barral, Domnique Bertail, Daniel Cacouault... Un bémol cependant, quel dommage d'avoir prévu l'accrochage mural dans l'illustration plutôt qu'en dehors... Dans le coffret aussi, les premiers chapitres du tome 3 au format gazette et le fameux Ethernef en carton, à monter soi-même, sans ciseaux ni colle ! Un coffret à confier aux plus grands !

Pour les plus jeunes, Le calendrier 2017 à gratter illustré par Muriel Douru qui remporte déjà un franc succès à la Maison Cube. Une page par mois, un carré carré noir par jour sur lequel on écrit (on trace plutôt) des lettres et des formes avec un petit crayon en bois. En grattant la pellicule noire, apparaissent  des fonds de couleurs différentes pour chaque mois : arc-en-ciel, rouge brillant, carrément doré, multicolore... une surprise à chaque fois. Résultat ? Celui de cette nouvelle année est déjà bien rempli, car c'est très ludique de s'y coller, d'y écrire et d'y dessiner ! Parfait parfait pour se repérer au cours de l'année.



*** Les références ***
Une année dans le château des étoiles  d'Alex Alice et collectif - Editions Rue de Sèvres- décembre 2016 -  25 € - à partir de 9 ans.
Calendrier 2017 à gratter illustrations de Muriel Douru  Editions Des deux coqs d'or - septembre 2016 -  14,95 €-  dès 5 ans / familial

vendredi 23 décembre 2016

Noël de saison

Le grand rassemblement, les fêtes un brin forcées, les victuailles en pagaille, les paquets, les paquets, les paquets. C'est Noël. Comme le lapin blanc, je n'ai pas vu l'heure tourner, je n'ai pas vu le temps passer, je n'étais pas très au point. Noël est soudainement arrivé. Et le secret défloré. Nous ne croyons plus au Père Noël. Enfin rien qu'un tout petit peu pour en garder cette magie insaisissable qui permet de voyager hors une réalité parfois un peu trop dure. La littérature - non celle qui nous concerne, mais celle dite spécialisée, psy en l'occurrence - dit que les enfants qui ont vécu des drames très petits se raccrochent plus longtemps à ces personnages féeriques, au jeu, aux aventures avec des petits bonhommes en plastique, des doudous, des poupées qui viennent sécuriser, rassurer et qui ne disparaîtront pas. J'ajouterais pour cette enfant ultra grande lectrice qui du haut de ses 7 ans mange du Harry Potter en grandes tranches, de l'Ogre (Marion Brunet) en barres, des Filouttinen (Siri Kolu) en tomes, de l'Enquête au collège (Jean-Philippe Arrou-Vignod) en festival et commence à entrer dans ce que je lisais à son âge à peu près (Astrid Lindgren, Roald Dhal, Sempé-Goscinny entre autres) : la lecture. Nous ne croyons plus au Père Noël. Enfin plus vraiment. En revanche - sic - la Petite Souris ne serait-elle pas un Animagus ? Laissons méditer, mijoter, lire, imaginer, dessiner, rêver... on grandit, je crois, toujours trop vite. Mais en attendant, c'est Noël et une sélection qui va avec. Dans cette sélection, s'il ne fallait garder qu'un titre, ce serait...
Le journal de Gurty - Parée pour l'hiver de l’inénarrable Bertrand Santini. Quel plaisir partagé par tous - et vraiment à tout âge - que de se reprendre un bon bain de Gurty pour se remonter les chaussettes et le moral alors qu'on est entré dans la période humide et froide de  l'hiver qui voit la lumière baisser et l'énergie filer. Gurty, c'est une petite chienne cynophilosophique qui vit plutôt au jour le jour, plutôt à court terme, plutôt en pensée immédiate et plutôt dans les pattes de son humain Gaspard qui l'aime d'un amour presque inconditionnel. Au point même d'en sacrifier ses amours humaines, même s'il ne se prive pas de quelques relations épiques, dont témoigne la petite chienne qui analyse avec une candeur tout à fait canine l'arrivée de ces affreuses fiancées dans leur vie. Des fiancées, qu'elle n'aime pas, ça va sans dire, pour plusieurs raisons : parfum de fleurs en lieu et place de parfums plus plaisants à la communauté canine, probabilité fort probable d'arrivée de bébé, déambulations de fiancées fessier à l'air dans l'appartement, bagarre dans le lit et autres dérangements diurnes comme nocturnes qui transforment un Gaspard tout à fait normal en bêta amoureux qui se laisse emberlificoter dans des histoires pas nettes nettes. Enfin d'un point de vue canin, Myrtille, la pire de toutes, pour preuve. Et c'est l'entrée en matière, les fiancées, dans un journal de l'Avent qui commence le 4 décembre, jour de la bien connue Sainte Clapsy, et dans lequel dès les premières lignes, la petite chienne se réjouit d'être en vie. "Moi j'adore être en vie, comme ça on peut se balader, faire des bises et manger des plats". Et ce sont des déboires amoureux - Myrtille toujours - qui accélèrent le départ en vacances du duo parisien inséparable (gnarf gnarf Myrtille) en Provence, bien sûr ! Quel plaisir de retrouver les personnages déjà connus. Fleur sa meilleure amie, celle qui ne sait pas dire  "oui" et dit "ui" à la place, celle qui nourrie au foin petite a eu bien du mal à grandir sereinement et en garde quelques séquelles, comme des crampes qui font raidir ses pattes à la moindre émotion. Elle revient plus ronde que jamais, son maître, pépé Narbier, perdant un peu la mémoire, lui redonnant son unique biscuit de la journée, coquine, toutes les dix minutes. Tête de fesses bien sûr, le pire chat du quartier - qui va tout de même trouver de la concurrence dans cet opus - surnommé ainsi parce qu'il est aussi roublard, méchant, qu'il ne ressemble au popotin des fiancées de Gaspard. Et puis l'écureuil qui fait hi hi est bien sûr présent. Non croqué par les chiennes dans le premier tome, il perd de l'altitude mais prend de l'ampleur, passant au ha ha, à la moquerie et même au long discours. Frais, comme deux petites louves dans la neige, chaleureux, comme des manteaux d'hiver, glissant comme des luges et des gags en gros sabots sur raquettes, Le journal de Gurty, c'est une formidable tranche d'humour, mais pas seulement. C'est aussi beaucoup d'humanité distillée dans un journal caninement ego-centré qui tacle l'égocentrisme des Hommes et s'amuse à révéler puis à conchier - dictionnaire Gurty - les pires de leurs travers. A lire avec toute la famille, à lire aussi à voix haute le soir pour partager - expérience faite - avec les plus jeunes, dès 5 ans. 
Longue vie, Gurty et merci d'avoir pensé à fêter Cassia le 24 décembre, la chienne de la famille Baobab, aujourd'hui disparue. Lire Chienne de vie Ici et commencer par le commencement en lisant le premier tome du journal de Gurty, vacances en Provence ici


Micro-sélection de Noël
Epistolaire * Un cochon pour Léon de Jacqueline du Faÿ et Laure du FaÿLéon est un petit garçon aux cheveux orange et à la mine souriante. Quelques jours avant Noël, il se lance dans la rédaction de sa lettre et son "Cher père Noël" porte toute la narration. Il explique au vieux monsieur qu'il n'est pas très grand, qu'il ne mange pas trop de soupe, et que ce dont il rêve par dessus tout, c'est d'avoir un animal de compagnie : "un cochon d'Inde". L'enfant imagine sa vie avec ce petit cochon indien avec qui il jouerait et surtout... Grandirait. Une jolie histoire avec un hic - dans cet album là, on croit trop dur comme fer au Père Noël "Heureusement que tu existes!" -  relevée par des illustrations sont très réussies.
Tout doux Moi, j'aime Noël de Mathilde Bréchet et Camille Chincholle. Dans ce grand livre à toucher le jeune enfant découvre des paysages d'hiver dans lesquels les animaux de la forêt et leurs petits attendent joyeusement Noël. Neige, patience, retrouvailles, familles, amis, préparatifs, lumières, couleurs, velours et... Cadeaux ! 
En anglais Mes comptines de Noël en anglais illustrées par Marion Billet. Six comptines en anglais et six illustrations avec six puces pour s'immerger dans l'univers traditionnel de Noël in English et s'imprégner de la langue de manière ludique. • We wish you a merry Christmas • Twinkle, twinkle little star • Jingle bells • He has a red coat • O Christmas Tree • Santa Claus Is Comin' Tonight. Découvrir des extraits ici.


> Québécois * Le loup de Noël de Claude Aubry illustré par Perre PRatt, lu par Michel Faubert, musique Bon Débarras. Le vieux loup dorénavant dépourvu de flair, Maître Griboux, n'a plus rien à se mettre sous la dent. Impossible dorénavant pour lui de chasser, les animaux de la forêt se moquent d'ailleurs allègrement de lui. Pour ne pas mourir de faim, il décide de se rendre au village attiré par les lumières qui scintillent à la veille de Noël. Les rues sont désertes, tous les habitants sont à la messe de minuit... Mais où et surtout comment va finir le vieux loup gris ? Une histoirede partage à lire et à écouter, un brin trop ancrée dans les sempiternelles religiosités suivie par un bal folklorique de 12 chansons.
Feuilleter l'album ici et pour se plonger dans des extraits du spectacle, c'est ici
> Déjanté * Pingouins en pagaille - Noël en délire de Jeanne Willis. La série  consacrée à cette bande de pingouins - enfin de manchots, enfin on ne sait pas trop - un brin déjantés et plutôt balourds - est de retour avec un titre consacré à Noël. Jeux de mots à gogo, ressorts pas tirés des hannetons. Le père Noël emporte par erreur les bestioles dans son traîneau et c'est parti pour une nuit ribouldingue. 





*** Les références ***


Le Journal de Gurty * Parée pour l'hiver de Bertrand Santini - Editions Sarbacane  - octobre 2016 - 9,90 € -  à partir de 7 ans. 
Un cochon pour Léon de Jacquline Du Faÿ et Laure Du Faÿ - Editions Sarbacane  - octobre 2014 - 14,90 € -  à partir de 4 ans. 
* Moi j'aime Noël de Mathilde Bréchet et Camille Chincholle  - Editions Gallimard Jeunesse  octobre 2016 - 10 € - à partir de 1 an
* Mes petits imagiers sonores  Illustrés par Marion Billet  - Editions Gallimard Jeunesse musique novembre 2016 - 15 € - à partir de 1 an
Le loup de Noël de Claude Aubry, illustré par Pierre Pratt, lu par Michel Faubert. Bal réveillon de Bon Débarras- Editions La Montagne secrète - 2016- 12,90 € - à partir de 3 ans
Pingouins en pagaille  - Noël en délire de Jeanne Willis - Editions Nathan - octobre 2016- 9,95 € - à partir de 7 ans.